Natuurfotografie

Dirkjan Versluijs

Welkom op mijn website
Ga naar de inhoud
Paardenbloem
Vliegtuig door de maan

Natuurfotografie FR

Bienvenue sur le site de Dirkjan Versluijs

Je suis Dirkjan Versluijs, et j'habite dans la municipalité de Lekkerkerk, Nederlek.
Ce village est situé à environ 20 kilomètres à l'est de Rotterdam sur la rivière Lek.
La zone où se trouve Lekkerkerk s'appelle Krimpenerwaard.
Le Krimpenerwaard est entouré de trois rivières, le Lek, l'IJssel et le Vlist.
J'ai photographié dans ce domaine pendant longtemps.
Je pense que j'ai environ 14 ans quand j'ai commencé à tirer principalement sur des oiseaux.
 
Maintenant, j'ai 60 ans et j'aime toujours le faire.
J'ai hérité de la passion de la photographie de mon père, qui était toujours dans la nature, et évidemment j'allais régulièrement avec lui.
Mon premier appareil photo était un analogue de l'Olympus OM10, avec cela j'ai photographié pendant des années, maintenant avec l'ère numérique, j'ai déjà eu plusieurs appareils photo.
Le premier appareil photo numérique était un Casio, je ne me souviens pas du type, mais j'ai tout de suite été ravi.
Quelle commodité, si vous n'aimez pas les photos, jetez-les et créez-en d'autres.
Mais j'ai vite rencontré les limites de cet appareil photo.
Je voulais avoir un reflex, mais à l'époque ils n'étaient pas disponibles.
Olympus est venu avec un appareil photo qui n'était pas complètement réfléchissant, mais c'était un début.
C'était le E10, je l'ai beaucoup aimé et j'ai fait de belles photos.
Plus tard, j'ai également acheté l'E20, qui avait plus de pixels.
Un inconvénient de cet appareil photo est qu'il n'est pas possible de changer d'objectif.
C'est pourquoi j'ai décidé d'acheter une marque complètement différente, le Canon 10D.
 Un monde de possibilités s'est donc immédiatement ouvert.
J'ai actuellement l'EOS7D et le D5 Mark4 avec une variété d'objectifs.



C'est une photo très spéciale, c'est en fait une diapositive, c'est la seule photo que je n'ai pas prise mais c'est une photo avec une histoire.
Cette photo a été prise par mon père et a plus de cinquante ans.
Il a été construit à Lekkerkerk dans la forêt de Loet, où je passe beaucoup de temps.
Ce sont de jeunes hiboux à longues oreilles, assis au bord du nid, attendant que l'un
 
des parents les nourrisse.
Mais pouvoir les photographier de cette façon n'est pas si simple
 
Dans la nuit profonde, les jeunes hiboux sont cachés au fond du nid.
Il y a un flash installé dans un arbre et l'appareil photo dans l'autre arbre et puis il n'y a plus qu'à attendre. Prenez de temps en temps une photo, en espérant avoir de la chance.
Mais dans le passé, avec les rouleaux de film ... analogiques ... le film devait continuer, donc il fallait retourner à l'arbre pour le faire.
En conséquence, la situation était turban et vous ne pouviez essayer que 36 fois, donc beaucoup de films sont la nuit passée comme ça.
Et puis vous ne connaissez pas encore le résultat, les films ont dû être développés en premier.
Mon père tenace a essayé cette méthode pendant une semaine.
 
En envoyant les rouleaux à un centre de développement, quelque chose s'est mal passé, parmi tant de films, un seul a été enregistré.
Et devinez quelle chance? Une fois la belle photo prise, il restait encore quelques photos, mais tous les yeux des hiboux n'étaient pas ouverts.
Si vous regardez de près, vous verrez que celui du milieu est un mâle, a un bec plus épais et semble également un peu plus rusé.
Mon père a remporté plusieurs prix avec cette photo.



Bien sûr, j'ai toujours voulu obtenir ce résultat, mais je l'ai fait beaucoup plus facilement.
Il s'agit également d'une photo analogique réalisée avec l'Olympus OM10.
Il a été scanné et nettoyé.
 
Ce n'est pas une si belle histoire comme celle ci-dessus.
Cela a également été fait dans la forêt de Loet, mais ensuite dans la nouvelle partie, qui n'était pas là auparavant.
Elle est une buse avec une buse nouveau-né À l'époque de mon père, je n'avais jamais vu une buse voler et certainement pas reproduire dans le Loet.
Maintenant, il existe de nombreuses buses et même des couleurs différentes, du presque blanc au brun foncé. J'avais déjà fait un trépied sur l'arbre, équipé d'un faux appareil photo, pour qu'ils puissent s'y habituer, je ne l'ai emporté que lorsqu'ils se sont envolés, J'ai fait une télécommande qui était sur l'appareil photo.
Il y avait aussi un enrouleur de moteur, donc je n'ai pas à grimper à chaque fois pour tourner le film.
Bien sûr, cela faisait beaucoup de bruit et ils avaient peur Puis il a fallu des heures avant leur retour, mais ça allait mieux et ils y étaient habitués.
 
Maintenant je fais tout numériquement et ça fait aussi moins de bruit, j'utilise toujours la télécommande.
 
Il y a une colonie de hérons dans la forêt de Loet depuis des années, où j'ai photographié des hérons de la même manière.
Il suffit de regarder dans les livres photo pour le résultat.





Terug naar de inhoud